Tuesday, September 25, 2012

Lost in Translation: Uncle Silas

O nuit, nuit douloureuse! O toi, tardive aurore! Viens-tu? Vas tu venir? es-tu bien loin encore?
And repeating these lines of Chenier, with upturned eyes, and one hand lifted an an indescribable expression of grief and fatigue, he sank stiffly into his chair, and remained mute, with eyes closed for some time.   Then applying his scented handkerchief to them hastily,  and looking very kindly at me he said- "Anything more, dear child?
 Uncle Silas is quoting the opening lines of a poem written in French by Chenier.  The poem tells of the seperation between lovers, one loving the night, and the other the day:

O night, painful night!
o you, late morning, do you come?
are you going to come?
 are you well far yet?
Ah! sometimes on a mountainside,
then on again ', randomly I turn
and m' agitates, and nowhere
Find that Marais ' impatient, bitter insomnia.
A worried illness and making only a burning fever.
You sleep, beautiful D'.z.. ' ;
 It ' is that you, it ' is my love
 Holding my eyelid open Montparnasse ' day.
If you again ' had wanted.
Gods! that cruel night could Entrepreneural
' flow faster and more beautiful.
My soul, like a dream, around your aerobatic sleep.
Reading me tomorrow as your alarm clock.
You see, like you, if my heart is peaceful.
J have raised for you on my painful layer my head dwelt;
seated, and full of yourself.
The nocturnal torch that shines me sees Me,
sounds plaintive and mixed caresses.
Pour over paper my heart and my tenderness.
You sleep, beautiful D'.. .z, your eyes are closed.
Your breath of balmy sighs rose

For you tonight that Entrepreneural ' escapes too fast
a sweet insomnia will leak! (English)



Ô nuit, nuit douloureuse! ô toi, tardive aurore,
Viens-tu ? vas-tu venir ? es-tu bien loin encore ?
Ah ! tantôt sur un flanc, puis sur l'autre, au hasard
Je me tourne et m'agite, et ne peux nulle part
Trouver que l'insomnie amère, impatiente.
Qu'un malaise inquiet et qu'une fièvre ardente.
Tu dors, belle
D'.z.. ' ; c'est toi, c'est mon amour
Qui retient ma paupière ouverte jusqu'au jour.
Si tu l'avais voulu.
Dieux ! cette nuit cruelle
Aurait pu s'écouler plus rapide et plus belle.
Mon âme comme un songe autour de ton sommeil
Voltige.
En me lisant demain à ton réveil.
Tu verras, comme toi, si mon cœur est paisible.
J ai soulevé pour toi sur ma couche pénible
Ma tête appesantie ; assis, et plein de toi.
Le nocturne flambeau qui luit auprès de moi
Me voit, en sons plaintifs et mêlés de caresses.
Verser sur le papier mon cœur et mes tendresses.
Tu dors, belle
D'.z.., tes beaux yeux sont fermés.
Ton haleine de rose aux soupirs embaumés
Entrouvre mollement tes deux lèvres vermeilles.



Mais si je me trompais !
Dieux ! ô
Dieux ! si tu veilles !
Et si quand loin de toi j'endure le tourment
D'une insomnie amère, aux bras d'un autre amant
Pour toi de cette nuit qui s'échappe trop vite
Une douce insomnie embellissait la fuite!



Dieu d'oubli, viens fermer mes yeux.
O
Dieu de paix.
Sommeil, viens, fallût-il les fermer pour jamais.
Un autre dans ses bras ! à douloureux outrage !
Un autre! ô honte! ô mort! ô désespoir! ô rage!
Malheureux insensé! pourquoi, pourquoi les
Dieux À juger la beauté formèrent-ils mes yeux?
Pourquoi cette âme faible et si molle aux blessures
De ces regards féconds en douces impostures ?
Une amante moins belle aime mieux, et du moins,
Humble et timide, à plaire elle met tous ses soins ;
Elle est tendre ; elle a peur de pleurer votre absence ;
Fidèle, peu d'amants attaquent sa constance ;
Et son égale humeur, sa facile gaîté.
L'habitude, à son front tiennent lieu de beauté.
Mais celle qui partout fait conquête nouvelle.
Celle qu'on ne voit point sans dire : «
Oh ! qu'elle est belle ! »
Insulte, en son triomphe, aux soupirs de l'amour,
Souveraine au milieu d'une tremblante cour.
Dans son léger caprice inégale et soudaine,
Tendre et douce aujourd'hui, demain froide et hautaine.
Si quelqu un se dérobe à ses enchantements.
Qu'est-ce enfin qu'un de moins dans ce peuple d'amants?
On brigue ses regards, elle s'aime et s'admire,
Et ne connaît d'amour que celui qu'elle inspire.
Et puis pour qui l'adore, inquiétudes, pleurs.
Soupçons et jalousie et nocturnes terreurs.
Quand il tremble, de loin, qu'un séducteur habile
Vienne et la sollicite et la trouve docile.
Mais que pouvais-je, hélas!
Et dois-je me blâmer? ô
D'.z.., je t'ai vue, il fallait bien t'aimer.
Il fallait bien,
D'.z.., que ma
Muse enflammée
Chantât pour caresser ma belle bien-aimée.



Elle pleure à tes pieds, les yeux pleins de langueur :
Puisse-t-elle à mes feux intéresser ton cœur!(French)

Search This Blog